Clinique
du Mousseau

Le cancer colorectal expliqué par le Docteur CORRIERI BAIZEAU

Article le

Le cancer colorectal expliqué par le Docteur CORRIERI BAIZEAU

A l’occasion de Mars Bleu, la Clinique du Mousseau a organisé une journée de prévention afin de sensibiliser le plus grand nombre de personnes à l’importance du dépistage du cancer colorectal.

Le Docteur CORRIERI BAIZEAU, gastroentérologue à la Clinique du Mousseau, nous en dit plus :

Qu’est-ce que le cancer colorectal ?

Plusieurs termes sont utilisés afin de caractériser ce cancer : « cancer du gros intestin », « cancer de l’intestin », ou encore « cancer du côlon ».

Il évolue à l’intérieur du gros intestin, des polypes se forment, grossissent progressivement et finissent par dégénérer. Ces polypes sont des petites lésions de la paroi de l’intestin, semblables à une boule de chair. « Ce sont des tumeurs bénignes mais potentiellement dangereuses », souligne le Docteur CORRIERI BAIZEAU.

Le cancer colorectal est un des cancers les plus fréquents après le cancer du sein et du poumon. Environ 42 000 nouveaux cas par an sont diagnostiqués. Ce cancer représente la 2ème cause de décès par cancer en France avec environ 17 500 décès chaque année.

Quelles sont les personnes à risques ?

Il s’agit aussi bien des hommes que des femmes, avec une prévalence chez l’homme.

Quels sont les facteurs de risque ?

  • Un antécédent familial de cancer colorectal au premier degré (père, mère, soeur, frère, fils, fille)
  • Un antécédent familial de polype adénomateux
  • Un antécédent personnel de polype adénomateux
  • Un antécédent personnel de maladie inflammatoire chronique de l’intestin
  • Ou encore (mais plus rarement) : des formes de prédispositions familiales au cancer (polypose, syndrome HNPCC).

Quels sont les différents symptômes de ce cancer ?

  • Douleurs abdominales
  • Troubles du transit comme des diarrhées, une constipation ou encore l’alternance des deux
  • Sang dans les selles, qu’il soit rouge ou noir
  • Altération de l’état général : amaigrissement, fatigue
  • Anémie détectée lors de votre prise de sang
  • Complication telle qu’une occlusion

Il faut cependant faire attention car ces symptômes apparaissent souvent tardivement.

Que faire si vous possédez un de ces symptômes ?

Si ces symptômes sont présents, il est important d’aller consulter le plus rapidement possible afin de réaliser une coloscopie. Cet examen est réalisé en ambulatoire, sous anesthésie générale et dure environ15 minutes.

Qu’est-ce que la coloscopie ?

Elle peut avoir deux buts, diagnostique ou thérapeutique. Si des polypes sont présents, ils pourront être enlevés pendant l’intervention. Une biopsie pourra aussi être pratiquée en faisant un prélèvement si cela est nécessaire.

En résumé, la coloscopie permet de diagnostiquer un cancer colorectal à un stade peu évolué, voire d’éviter un cancer en mettant en évidence des polypes ou adénomes avant qu’ils ne dégénèrent en lésions cancéreuses.

Comment prévenir le cancer colorectal ?

Le mode de vie joue un rôle important quant à la prévention du cancer colorectal. Une activité physique, manger 5 fruits et légumes par jour, ne pas consommer trop de viande rouge et de charcuterie, ne pas fumer et ne pas boire d’alcool sont autant d’attitudes contribuant à la prévention.

Le dépistage :

Près de 95 % des cancers colorectaux sont diagnostiqués après 50 ans.

C’est pourquoi entre 50 ans et 74 ans, en France, le dépistage est gratuit, à domicile et conseillé tous les 2 ans. Le but de ce test est de vérifier la présence de sang dans les selles et envisager ou non une coloscopie. Attention, la présence de sang dans les selles ne veut pas forcément dire qu’un cancer est présent.

  • Une lésion précancéreuse est en cause dans environ 50 à 60 % des cas.
  • Une lésion cancéreuse, elle, est à l’origine de ce saignement dans environ 8% des cas.
  • Et dans près de 40 %, la coloscopie ne trouvera aucune anomalie.

Le Docteur CORRIERI BAIZEAU rappelle qu’il est très important de se faire dépister le plus tôt possible car plus un cancer colorectal est détecté tôt, moins les traitements seront lourds et plus les chances de guérison seront importantes.

 

Alors n’attendez plus, faites-vous dépister et soyez rassurés !