Clinique
du Mousseau

Rechercher

Café, alcool, tabac, cannabis...

Excitants, substances psycho-actives, alcool et stupéfiants sont vos ennemis jusqu'à l'accouchement.

 

Thé ou café : modération

Pas plus de 3 tasses de café par jour pour les femmes enceintes, c'est la recommandation officielle de l'Organisation mondiale de la Santé.

Au-delà, les battements du cœur du fœtus s'accélèrent, il peut s'agiter.

Et surtout, des études scientifiques récentes ont montré de possibles conséquences de la caféine sur le poids de naissance et sur l'exposition au risque d'épilepsie tout au long de la vie.

A noter : le thé contient aussi de la caféine, mais deux fois moins que le café.

 

Alcool : bonjour les dégâts

23% des Françaises déclaraient avoir consommé de l'alcool durant leur grossesse en 2010*.

Sans filtre

Lorsqu'une femme enceinte boit un verre de boisson alcoolisée, celui-ci passe directement, via le placenta, dans le sang de son bébé. Le fœtus n'a pas la capacité de s'en protéger : il est  exposé à ses effets toxiques pendant longtemps car son taux d’alcoolémie est le même que celui de sa mère, avec des conséquences graves.

Des conséquences à court et long terme

On sait aujourd'hui que l'alcool consommé pendant la grossesse,  même des consommations modérées ou occasionnelles, est dommageable pour la santé de l'enfant à naître :

  • Retard de croissance intra-utérin entraînant un faible poids de naissance ;
  • Augmentation du risque de prématurité ;
  • Malformations de la face : crâne petit, nez aplati et court, réflexe de succion réduit ;
  • Anomalies malformatives pouvant atteindre le cœur, le tissu nerveux, le système génito-urinaire, les articulations et les muscles, les yeux.
  • Troubles du comportement, hyperactivité en particulier.
  • Impact sur le cerveau, qui se développe moins bien provoquant un retard dans le développement mental à long terme, avec des troubles de la concentration, de la mémorisation et de l'apprentissage : l’enfant est porteur d’un handicap à vie.

 

Zéro alcool

Le seuil de consommation en dessous duquel il n’y a pas de risque pour le fœtus n’est pas déterminé. Les recommandations officielles sont donc claires : ne pas boire du tout d'alcool durant toute la grossesse.

 

Fumer nuit gravement

Des risques démontrés

Fumer augmente, chez l'adulte, les maladies cardiovasculaires et les cancers.

Mais chez le bébé à naître, les conséquences sont plus graves encore :

  • Poids de naissance insuffisant, cause principale de maladie infantile et de mortalité périnatale ;
  • Risque de mort subite du nourrisson jusqu'à 8 fois plus élevée pour une consommation de 20 cigarettes par jour ;
  • Risque de malformations.

Arrêter... et/ou substituer

N'hésitez pas à demander de l'aide à votre médecin ou à votre sage-femme pour arrêter de fumer. Le tabac peut être remplacé par des substituts nicotiniques (patchs, gommes, inhalateurs...). L'Assurance Maladie peut couvrir vos frais sous condition, jusqu'à hauteur de 150 euros par mois.

Attention...

La cigarette électronique n'est pas reconnue comme un substitut sans danger !

Notre conseil

Plus vous fumez tard dans la grossesse, plus les complications possibles sont grandes. Il est donc toujours bénéfique d'arrêter de fumer, même tardivement.

 

Cannabis : attention danger

La consommation de cannabis augmente les risques pour la santé de bébé, proches de ceux du tabac avec lequel la consommation est souvent associée. De plus, en fumer régulièrement a des conséquences à long terme pour le bébé à naître :

  • Risque de dépression ;
  • Augmentation des retards scolaires.

 

Notre conseil

Faites-vous orienter vers un centre d'addictologie si vous vous savez dépendant.

 

* Enquête nationale périnatale de l’Institut national de veille sanitaire